Blog d'un Éternel Geek

L'art du hacker par Eric Raymond

http://vivageek.livehost.fr/data/images/info/c3307647242385.587667b4c39c5.jpg

Le gourou suprême de l'open source nous a gratifiés d'un véritable revelatum condensé de psychologies relatives aux multiples archétypes des hackers. Il a utilisé pour cela le livre On the Warrior’s path qui traite de la voie du guerrier et des facettes qui composent l'artiste martial.

 

Tout comme lui le hacker se définie aussi dans des facettes qui malgré tout apporte une dimension plus profonde que le simple cracker ou hacker,….

 

Il est vrai que depuis on était resté un peu figé sur l'appartenance de ces pirates des temps modernes mais sans jamais envisagé qu'ils puissent être autre chose, avoir une voie à eux qui les rangent dans une catégorie plus complexe que celle auxquels on les avait jusqu'à présent placés.

Il a raison de dire également que de ranger les hackers dans une seule de ces catégories seraient minimiser le potentiel de certain.

 

http://vivageek.livehost.fr/data/images/info/chartgo.png

 

Les algorithmicistes : très bons en algorithmes et en codage soutenu et complexe, ils disposent d’une intuition mathématique et sont l'un des deux types (avec les architectes) qui ont la plus grande tolérance pour la complexité. Ils aiment l'idée de preuves correctes et pensent naturellement en termes d'invariants. Ils gravitent entre l'écriture de compilation et la crypto. Souvent solitaire et avec de faibles compétences sociales ; ils ont tendance à échouer par une habileté excessive. Ne les laissez jamais gérer une équipe !



Les bricoleurs : les hackers qui sont attirés par des passages croisés avec le monde physique. Avec les archétypes Farceurs, il s’agit de l'un des deux types qui sont le plus susceptibles de figurer parmi les serruriers. Ils ont des connaissances pratiques en électronique (y compris l’électronique analogique et RF) et sont adeptes de la rétro-ingénierie. Lorsque vous pouvez les pousser à s’éloigner des détails (ce à quoi ils peuvent résister assez fort), ils font d’incroyables ingénieurs système complets.



Les architectes : des individus qui sont fascinés par l'architecture dans des systèmes complexes. Rois du réusinage de code productif, ils ont un sens très aiguisé des motifs de conception et peuvent balayer tous les coins dans l'espace de conception. Le mode d'échec de l'architecte est de perdre de vue le sol. Les architectes n'ont pas nécessairement les compétences en communication ; s'ils en disposent, ils peuvent faire de bons chefs d'équipe.



Les tireurs d'élite : des personnes obsédées par les détails qui sont les plus à l'aise avec une vue ascendante du code et aiment dégommer les bogues plus que presque tout. Dans une autre époque, ils auraient été heureux d'écrire en assembleur. Pôle opposé de l'architecte, ils sont plus productifs lorsqu’ils sont en équipe. Il ne serait pas judicieux de les laisser gérer n'importe quoi.



Les hommes à tout faire (HATF): les grandes forces de l'homme à tout faire sont l'adaptabilité, l'adoption rapide de nouvelles idées et la flexibilité mentale. Le HATF ne fait rien de mieux que les autres types, mais peut faire un peu de tout. Le mode d'échec du HATF consiste à essayer de tout faire eux-mêmes. Un HATF est plus susceptible que d'autres types de faire un excellent chef d'équipe, pourvu qu'il soit suffisamment conscient pour déléguer des décisions techniques approfondies à d'autres personnes.



Les farceurs : leur penchant naturel est contradictoire ; ils sont géniaux quand il faut imaginer des moyens de perturber et de subvertir des systèmes (ou simplement les mettre face à des usages inattendus et hilarants). Ils gravitent entre la sécurité informatique et l'ingénierie des tests. Ceux d’entre eux qui sont vraiment bons peuvent faire de l’ingénierie sociale plus impitoyablement et plus efficacement que n'importe lequel des autres types.



Les Castellains : les fous de contrôle suprême qui ont le pouvoir de se concentrer sur ce dont ils sont responsables et d’en connaître les détails. Les Castellains mémorisent les manuels; ils adorent se faire avocats d’un langage, l'automatisation des processus et emmagasiner des connaissances spécifiques au domaine sur lequel ils travaillent. Les administrateurs système de la vieille école sont souvent des castellains.



Les traducteurs : ce type vient créer le pont entre l'homme et la machine. Ils tendent à exceller dans le développement, la documentation, les questions de politique et de chaîne d'approvisionnement, l'analyse des besoins, la formation des utilisateurs, etc. Ils sont très impliqués dans les interactions sociales, ont une base moins technique que d'autres, mais d'une manière qui leur permet d’aider d'autres hackers à comprendre comment les non-hackers interagissent avec la technologie. Certains d'entre eux font de bons gestionnaires de projets, mais comme le HATF, ils doivent pouvoir réaliser leurs limites techniques et surtout laisser les décisions difficiles à des types qui baignent naturellement dans des eaux techniques plus profondes. De tous les types, les traducteurs sont les moins susceptibles de s'identifier eux-mêmes comme des hackers, même s'ils sont familiers de cette culture et y travaillent.

 

Cependant, un commentaire sur le site Developpez.com pertinent m'a fait revoir sa logique des catégories en me disant, mais s'il y en avait une ou deux autres qui avaient été omises par gentillesse ou car non pertinentes.

 

http://vivageek.livehost.fr/data/images/info/e25a5a47242385.5887bbb026b87.gif

 

Les imposteurs : des personnes passant la majeure partie de leur temps sur des sites comme HackerNews, Twitter, Medium ou Quora. Ils se distinguent par leurs titres auto-attribués farfelus, comme Magicien du code, Hacker Javascript ou encore Shaman du callback, et par des compétences qu'ils n'ont pas. Ils aiment se voir comme appartenant à une autre catégorie d'archétype. Ils arrivent à coder deux barres et ont un melon démesuré.

 

Les Mythomanes : Ce sont des hackers qui comme les précédents ont des pseudos à rallonge et qui se vantent de faire ou d'avoir fait des exploits que d'autres personnes beaucoup plus compétentes ont mis au point.

 

Les Youtubeurs : Des escrocs à la petite semaine qui vont sillonnés la plateforme Youtube à la recherche du dernier tutoriel leur permettant de vendre à prix d'or le produit d'astuces open source et surtout ultra simpliste à de petits SK débutants qui les voient comme des dieux.

 

La liste pourrait s'allonger à l'infinie tant les acteurs de ce type de web profil sont étendues. Merci de m'avoir lu.

 

Source : http://esr.ibiblio.org/?p=7478#more-7478

 

A bientôt.






 Geek me     Je suis un Geek dans l'âme. 18 ans à silloner internet pour récolter des informations afin de comprendre son fonctionnement. Idéalement j'étudie également le comportement humain.

C'est afin de vous partager mes connaissances que j'ai ouvert ce blog alors je vous souhaite une bonne lecture.



À lire également


Les commentaires sont fermés.