Blog d'un Éternel Geek

7 habitudes qui détruisent la communication entre individus

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes.jpg

 

Beaucoup de facteurs sont des problèmes de discordes et surtout détruisent toute communication entre les individus.

 

Imaginez que votre colocataire n'a pas fait le ménage, n'a pas respecté votre intimité ou pire à oublier de payer le loyer, vous en serez à le lui reprocher et ces critiques constitueront le point de départ de la destruction de la communication saine qu'il y avait entre vous.

 

Le psychiatre William Glasser a émis une théorie selon laquelle il y aurait 7 points qu'il appelle "les sept habitudes destructrices".

 

Il définit comme habitudes ses petites manies qui diffèrent d'un individu à l'autre et qui vont créer cette fissure dans la communication et ainsi laisser l'entrave à la dispute, la colère, la rancœur.

 

Il explique également que s'il y existe 7 habitudes négatives il y a aussi ses contraires "des 7 habitudes saines".

 

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes0.jpg

 

En connaissant, les mauvaises et en les substituant aux bonnes habitudes, on pourrait ainsi améliorer nos relations avec les autres.

 

Il exclut ce qu'il nomme comme relation abusive où l'autre a une dominance d'ordre physique ou psychologique sur l'autre. Dans ce type de communication, il serait difficile de mettre en place un protocole d'habitude saine sachant que la relation est faussée, masquée dès le départ.

 

Pour les autres relations dîtes "saines", il a mis en avant les sept habitudes suivantes :

 

 

La critique

 

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes1.jpg

 

 

Il différencie la critique constructive de la mauvaise critique visant à rabaisser autrui. On peut critiquer une personne que l'on connaît ouvertement et sans détour afin de lui faire comprendre ses erreurs.

 

Imaginez votre frère qui est amoureux de cette fille qui ne cesse de le tourner en ridicule n'ayant aucun sentiment à son égard. Vous devrez alors lui faire comprendre peut-être en critiquant sa façon d'agir et de croire tout ce qu'elle lui raconte.

 

Parfois, la critique a du bon, mais sachez que celle ou ceux qui sont derrière la critique argumente toujours leur point de vue personnel.

 

J'entends par là que critiquer une personne signifie que l'on veut qu'il se range à notre point de vue. Êtes vous sûre que ce n'est pas vous qui vous trompez, avez-vous demandez à d'autres individus de votre entourage également conseille afin d'appuyer votre point de vue.

 

À cela et sur beaucoup de cas, le travail scientifique est sécuritaire. En effet, en prenant exemple sur sa méthode, vous serez capable de produire une critique constructive certaine à 90%.

 

Sur ce fait, je vous explique ma méthode. Si je ne suis certain que cette personne ait raison et souhaite entamer une critique positive, je vais entamer des expériences en émettant diverses hypothèses sur mon point de vue. Ensuite, je les expose à plusieurs personnes dont certains connaissent la personne concernée et d'autres non. Je tire des conclusions que j'adapte à mes hypothèses et j'en conclus la meilleure critique possible.

 

Cela semble compliqué, mais en rationalisant la critique, vous devrez aborder les problèmes de vos amis, voire les vôtres (en introspection) car l'autocritique n'apporte que du bien.

 

Mais dans le cadre de critique négative voyons un panaché d'exemple estampés par Zenhabots.

 

 

  • Pour blesser quelqu'un. Souvent, nous n'aimons pas quelqu'un, et nous voulons les atteindre, les attaquer. La critique dans ce cas est destructrice.
  • Pour évacuer nos frustrations. Parfois, nous sommes juste frustré par quelque chose, ou dans un mauvais jour, et nous devons évacuer cette colère négative.
  • Pour renforcer notre ego. Certaines personnes aiment à montrer comment ils sont puissant, intelligents ou informés, et utilisent les critiques comme un moyen de le faire savoir…

 

 

La critique est avant tout productrice de fission entre les relations établies par les individus impliqués.

 

Pierre critique jean en disant qu'il a tort et que ce projet est voué à l'échec, lui-même est capable d'amener des solutions moins chères sur ce marché.

 

Pierre veut simplement récupérer le client de Jean, car il est jaloux et il va critiquer pour nuire et détruire le travail de Jean.

 

Simplement, du fait de cet acte, il a détruit toute communication envers Jean, et continuant cela va même créer des tensions entre ses deux visiblement anciens camarades.

 

Plus proche de nous. Votre enfant a eu une mauvaise note à l'école, vous êtes déçu et vous allez directement le reprocher à l'enfant en le traitant de fainéant.

 

Vous venez d'induire une critique négative et destructive. Soit l'enfant sera suffisamment fort pour passer outre et utiliser cette colère pour travailler plus dur, soit il sera anéanti et fournira encore moins d'efforts.

 

Ce n'est pas la bonne manière de procédé. Mais alors comment ?

 

Soutien et encouragement sont les habitudes saines à apporter. Plutôt que la critique de votre enfant sur sa mauvaise note ne soutenez-le, faite lui comprendre la déception qui est vôtre et surtout encouragez-le à améliorer ses performances.

 

Pierre aurait dû soutenir le projet et encouragez son camarade, peut-être aurait-il écouté ses idées et les aurait intégrées dans son même projet avec des répercussions pour les deux parties au niveau de la direction.

 

Cela paraît simple, et pourtant si difficile que d'écouter son amour-propre dans ces moments-là et le ranger au placard pour préserver la communication lieu et office de toute relations saines.

 

 

Blâmer

 

 

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes2.jpg

 

 

Tout comme la critique, le blâme est un peu en termes de psychologie un souffre douleur externe. On n'est pas d'accord sur un fait, on accuse une défaite, une erreur,… on blâme cette autre personne qui n'est pas "NOUS".

 

Vous l'aurez compris, ce sont encore les autres qui trinquent de nos faits ou nos actions.

 

  • Vous venez de rater le permis, c'est la faute à l'inspecteur trop intransigeant.
  • Vous venez de perdre votre petite amie, c'est la faute à sa copine, elle ne vous aimait pas.
  • Vous venez de perdre votre emploi, les patrons sont des capitalistes sans cœur…

 

La liste est longue et exhaustive et je suis sur et certain que vous trouverez un exemple propre à une séquence de votre vie qui viendra s'y ajouter.

 

Lorsque l'on est dans une impasse, il est facile de blâmer quelqu'un d'autre, il est notre puching ball, celui qui va permettre de garder notre bonne conscience.

 

Je me suis demandé souvent si ce genre de pratique n'était surtout pas provoqué par notre couche de conscience qui contrôle nos pulsions et par conséquent sous un accès de colère envers nous même, et ce afin de ne pas nous faire du mal mentalement, il nous pousse à jeter la faute sur un autre.

 

N'avez-vous pas un sentiment de bien-être après avoir rejeté la faute sur un autre ?

 

Imaginons que votre frère ou sous est fait une gourde, il a oublié d'amener sa part de l'argent pour l'achat du cadeau pour la fête des Mères et vous êtes à un jour de l'événement.

 

Blâmer : "Tu n'as pas rempli ta part à temps, à cause de toi on risque de rater la fête et de décevoir maman".

 

Pourquoi ne pas plutôt dire :

 

"Nous devons tous remplir notre part pour le cadeau de maman, n'est-ce pas ton cas ? Maintenant, comment devons nous faire pour remplir les délais vu qu'il ne nous reste qu'une journée ?"

 

Dans ce blâme positif, nous donnons une porte de sortie à notre interlocuteur, on lui impose de s'impliquer à la recherche de la réussite, à trouver une solution pour rattraper son erreur.

 

Vous voyez la nuance des mots et en l'occurrence dans l'exemple précédent d'une importance capitale et pouvez générer des pertes relationnelles importantes.

 

Se plaindre

 

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes3.jpg

 

 

La plainte, c'est presque un concept trop humain. Qui ne se plaint pas ? Même les gens qui ont tout se plaignent.

 

Un jour un collègue m'a dit: "Mais comment se fait-il que tu ne te plains jamais et surtout tu a l'air heureux."

Je lui ai répondu : "le secret est de se contenter du peu de ce que l'on a et de bien définir que ce que l'on n'a pas été soit de trop, soit un cadeau."

 

  • Vous allez manger au restaurant, vous vous plaignez du service trop long, la cuisson,…
  • Vous partez en voyage, vous vous plaignez de l'hôtel, la réception,…

 

On pourrait en trouver des objets de se plaindre. Certaines personnes en sont même les spécialistes, on appelle cela le "Venting" ou la ventilation en français.

 

Ce sont des individus qui se plaignent tout le temps, il ventile, ils exhument leurs émotions devant tout le monde.

 

Ils ne se rendent pas compte de ce fait de la pression morale et psychique que cela engendre sur d'autres personnes surtout leurs proches.

 

Le conseiller Laura Schenck admet ceci:

"Se plaindre aboutit souvent à l'autre sensation dans la personne comme s'ils devaient en quelque sorte «régler» le problème, ou bien tout simplement sortir de la plainte. Quel que soit le résultat, il met la distance entre nous et ceux que nous aimons."

 

Sur le blogue Psychology Today, le psychologue clinicien Dr Lisa Juliano dit que les gens se plaignent pour des raisons différentes:

 

  • Ventilation: permet de libérer des émotions fortes
  • La plainte active et efficace: Le plaignant porte plainte spécifique adressée à la personne responsable, afin d'améliorer la situation
  • La plainte inefficace: Se plaindre afin de se sentir un sentiment de contrôle sur quelque chose que le plaignant ne peut pas contrôler.

 

On voit que se plaindre peut causer des sentiments sur les autres personnes de notre entourage comme de la frustration qui vont engendrer irrémédiablement la colère et l'on sait la perte encore une fois de la relation de communication.

À trop se plaindre, on exaspère notre auditoire qui s'écarte de nous, ne cherche plus de relation, car nous sommes devenu " persona non grata".

Le Dc Juliano suppose que l'on doit se poser des questions avant de se plaindre.

 

  • Est ce que ma plainte spécifique est contenue, générale et vague? Vagues, les plaintes générales se réfèrent généralement à des problèmes qui n'ont pas de solution, comme la météo.
  • Vos plaintes sont elles justifiées ? Il se peut que vos plaintes soient un moyen d'obtenir l'empathie, ou une façon indirecte de demander de l'aide.
  • Craignez-vous que si vous ne vous concentrez pas sur le négatif d'une situation, vous ne serez pas préparé pour une grande déception? Cette stratégie empêche une personne de vivre pleinement les aspects positifs quune situation peut offrir.

 

Derrière toutes plaintes, il y a donc un but inavoué la plupart du temps. Mais lorsque la plainte contre la communication, malgré la cause de la plainte, on se retrouvera dans une impasse allant tout droit à la rupture de communication.

 

L'harcèlement

 

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes4.jpg

 

 

C'est une forme de non-sens dans la communication. Pourquoi ? Simplement, la personne qui harcèle produit une forme de communication qui ne peut pas produire une relation, au contraire elle n'est que destructrice et fondé sur la colère, la peur, la frustration,…

 

La psychologue Molly Howes a écrit:

"Le motif lancinant est une manifestation de la croyance remarquablement cohérente, mais muets nous tous que, si ce que nous faisons ne fonctionne pas, la solution est de faire plus de lui. Ce modèle est auto-entretenu, avec chaque personne en réaction au comportement de l'autre à plusieurs reprises dans pratiquement la même manière."

 

La personne harcelée est lancinante c'est-à-dire obsédante mentalement. N'avez-vous jamais eu au travail, à l'école, dans votre famille, une personne qui ne cesse de vous harceler?

 

Ce n'est pas que du harcèlement sexuel (on pense généralement à ce premier choix), mais aussi du harcèlement moral, psychique.

 

"Toujours si grosse ! Non, ce n'est pas une question, c'est une affirmation."

 

"Alors, tu as encore raté ton bac. Zéro plus zéro égale ta tête à Toto."

 

Cela paraît puéril, mais multiplier cela par des centaines d'occasion, par la même personne et vous deviendriez lancinante et surtout harcelé.

 

Les symptômes se vérifient toujours par de l'abattement, une sous estime équivoque et surtout la peur de la rencontre à nouveau.

 

"Allez chéris, tu dois aller à l'école." "Non, je suis malade maman, je reste à la maison.

"Tiens Michel, cela fait 3 semaines qu'il est en arrêt-maladie."

 

Le harcèlement pousse l'autre dans son retranchement, à puiser dans ses ressources mentales afin de se surpasser, dès qu'il n'en a plus, il sombre.

 

Afin d'éviter de devenir ce type de harceleur malgré vous, voici quelques astuces à appliquer en toutes situations :

 

  • Concentrez-vous sur l'encouragement, pas de jugement
  • Concentrez-vous sur l'effort à la place du résultat
  • Exprimez vos sentiments plutôt que de critiquer

 

Selon Howes, le compromis est une solution qui amène la fin du conflit. Fixer un délai, apprendre à mesurer pour chaque partie les conséquences, pourrait à demi mesure, faire pencher la balance et surtout conserver intacte la communication.

 

C'est clair qu'en pratique cela demande de la conviction et de l'écoute. Mais je pense que si l'on n'essais jamais, on ne peut pas savoir si cela marche vraiment.

 

Menacer

 

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes5.jpg
 

 

Une des sept habitudes qui rompt littéralement et immédiatement la communication.

 

Schenck dit : "quand nous menaçons quelqu'un, nous devenons une source de peur et de contrôle. Qui ne se prête pas exactement à une grande communication."

 

Effectivement, menacer une personne signifie vouloir rompre toute communication positive avec elle. La menace revêt diverses formes comme celle de l'ultimatum.

 

"Vous avez 15 jours pour finir ce projet où vous êtes tous viré"

"Si vous ne finissez pas vos devoirs à temps, vous irez au lit sans manger"

 

Mais cette forme de menace est docile face aux menaces injurieuses ou dangereuses.

 

Souvent, on utilise ce genre de menace à cause d'un fait de colère ou alors pour un appui psychologique sur un individu fragile afin d'extirper des informations ou des objets.

 

Dans l'éducation de vos enfants, sachez toutefois que l'ultimatum ne marche pas longtemps, ils apprennent de vous et le réutilisent ensuite.

 

Je suis persuadé que vous en avez fait l'expérience ou vos enfants retourner vos propres tactiques contre vous. Malheureusement, cela entache la relation de confiance avec vos enfants, et crée un genre de petit jeu perfide fondé sur qui aura le dernier mot. Au jeu du bluff, on peut être perdant.

 

Glasser explique que la confiance et le respect sont une réponse plus solidaire. Lorsque vous faites confiance à quelqu'un, vous ne vous sentez pas le besoin de les contrôler. Vous permettez aussi de vous ouvrir, ce qui est beaucoup plus propice à une communication efficace.

 

Ce poste hilare de Scarymommy souligne pourquoi menaces communes ne fonctionnent pas, et comment vous pouvez les réviser pour être plus efficace. Il est pince-sans-rire, mais il est un bon point sur la façon d'expliquer la réalité à vos enfants est une meilleure solution.

 

Par exemple:

 

  • MENACE: «brosser vous les dents, ou ils vont pâlir et tomber de votre bouche."
  • Problème: les enfants ne se soucient pas du tout de ce qui se passe à l'avenir à moins que par «l'avenir», vous voulez dire les huit prochaines secondes.
  • Révision: 'Si vous ne vous brossez pas vos dents, ils obtiendront ce film orange bizarre sur eux. Regardez les dents de votre petit frère. Voir ce genre de choses sur eux ? Il a cela parce qu'il a 2 ans et crie si nous essayons de mettre une brosse à dents dans sa bouche. Aussi, si vous ne brossez pas, vous aurez à aller chez le dentiste, et même si je l'ai dit son bureau est génial, super fun et un endroit qui vous donne des autocollants, je sais que vous voulez l'éviter à tout prix ».

 

 

En bref, plutôt que de menacer directement la personne, il est toujours judicieux d'essayer dans un premier temps, d'établir un climat de confiance et de respect mutuel au cours desquelles vous expliquerez en détail, pourquoi c'est important pour vous.

 

Allez dans le sens de la communication est préférable, car tant qu'un lien existe, vous pourrez établir des compromis, ce qui ne sera pas le cas autrement.

 

Punir

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes6.jpg

 

 

La punition la forme la plus primaire de l'être humain. Elle est ancrée dans nos fibres depuis l'aube des temps. Les religions ont basé une grande partie de leur autorité sur la punition.

 

Une fois puni, on est excusé et absous de toutes nos fautes. Cela peut paraître absurde, mais la punition n'apporte rien en matière de compréhension de ses fautes, puisque l'on se sent libéré et surtout l'on est rassuré d'avoir fait le bien en purgeant notre pénitence.

 

A-t-il compris la leçon ? A-t-il compris pourquoi ce qu'il a fait été mal ?

 

Punir est l'extension de la menace qui par défaut laisse présager le contrôle du comportement au travers du renforcement négatif.

 

Rappelez-vous vos enfants auxquels vous profériez des menaces pour qu'ils se brossent les dents. Pensez-vous qu'une punition suite à leurs désobéissances soit une solution ?

 

La communication n'est pas qu'une relation ou des échanges oraux, graphiques,… se passent entre deux individus, mais il y a aussi une notion d'apprentissage.

 

La personne reçoit un enseignement qui sera efficace puisqu'il comprendra grâce à vous et non grâce à une punition.

 

La ligne entre les deux est floue, mais il est surtout à propos de l'intention: la punition est axée sur le mauvais comportement, alors que la discipline est axée sur l'amélioration.

 

Le châtiment à l'église est censé nous apprendre que ce que nous faisons est mal. Mais le pratiquant a peur plus de la punition et de l'autorité punitive que l'action elle-même. Lui faire comprendre pourquoi son action est mal et plus importante, car si l'envie lui reprend, il viendra se confier à vous, car vous n'aurez pas perdu sa confiance.

 

Vous chercherez à améliorer sa vision plutôt qu'à forcer à suivre aveuglément votre vision des choses. Sachez que tout le monde voit les événements de la vie suivant son propre miroir. Cela n'est pas le thème de l'article, mais il faut que vous sachiez que ce qui vous paraît bien, est mal pour d'autres.

 

Cela dépend de leur culture, religion, position sociale,…

 

Comprendre et se mettre en lieu et place de quelqu'un afin de voir à travers son angle de vue est une habitude saine, plus encore au lieu de punir, apprendre l'erreur à la personne.

 

 

Soudoyer

 

 

http://vivageek.com/data/images/psy/habitudes7.jpg

 

 

Voici la septième et dernière habitude qui force la communication à se rompre. Lorsque l'on parle de soudoyer, on peut déjà lui affilier le terme corrompre. L'un ne va pas sans l'autre.

 

Le WebMD, Elizabeth Pantley (éducatrice parentale) explique:

"La corruption est offerte durant les mauvais comportements pour la faire cesser ou en prévision de mauvais comportement. Une récompense est l'applaudissement pour un travail bien fait et peut aider à encourager les bons comportements avenir."

 

 

Par exemple, dit Pantley, "il est une mauvaise idée d'offrir un cornet de crème glacée à un enfant qui est d'avoir une crise de colère à propos de quitter le parc. Mais obtenir la crème glacée sur le chemin du retour pour fêter un bon comportement dans le parc est une bonne façon d'encourager les bons comportements avenir ".

 

Elle nous encourage à faire la différence entre corruption et récompense.

 

La récompense communique à l'individu que son comportement est souhaitable et doit continuer dans cette voie.

 

La corruption ne communique rien, si ce n'est que ce comportement est mal et doit cesser contre une faveur.

 

Le docteur Glasser affirme même que négocier est meilleur qu'un pot-de-vin et va amener les parties vers un accord mutuel.

 

En affaires, si vous payez un tiers pour un accord, vous ne serez plus en mesure de négocier plus tard. En effet, votre relation basée uniquement sur le monétaire ne laisse plus de place à la confiance et au respect. L'un se vend et l'autre achète.

 

Mais lors de négociations où chaque partie réussit à trouver un terme de compromis viable et fiable, il se dégage des relations plus soudées.

 

Conclusion

 

Ces sept habitudes sont habituelles de notre vie quotidienne. Dire que l'un d'entre vous n'a pas déjà usé et abusé d'une de ces pratiques seraient fort malhonnêtes.

 

Comme vous le constatez, il existe des moyens efficaces pour contourner ces habitudes et conserver des relations saines basées sur une communication stable.

 

La perte de cette communication entraîne la perte de relation et de ce fait n'entraîne que du négatif au fur et à mesure de vos futures actions.

 

Pa exemple, vous versez un pot-de-vin pour que votre projet aboutisse. La confiance est rompue. Une autre personne avec qui vous avez eu des heurts et avez surtout fortement critiqué son projet pour avoir l'affaire propose plus à cette personne. Elle acceptera, car vous n'aurez rien négocié. Vous perdrez non seulement l'affaire mais toutes communications entre les deux parties, ce qui s'ensuivra sera votre défaite.Ensuite, vous irait faire des menaces directes à votre partenaire ou même l'interlocuteur. C'est l'escalade vers la fin.

 

 

Il est préférable de perdre honnêtement ou de gagner judicieusement plutôt que de perdre toute communication avec les autres.

J'espère que cela vous fera entrevoir des perspectives dans vos prochaines actions que ce soit au travail, au domicile, en couple ou avec vos amis.

Sortez gagnant en adoptant sept habitudes saines au lieu de sept habitudes malsaines.

 

Merci de m'avoir lu, à bientôt.






 Geek me     Je suis un Geek dans l'âme. 18 ans à silloner internet pour récolter des informations afin de comprendre son fonctionnement. Idéalement j'étudie également le comportement humain.

C'est afin de vous partager mes connaissances que j'ai ouvert ce blog alors je vous souhaite une bonne lecture.



À lire également


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Quelle est la deuxième lettre du mot kklk ? :