Blog d'un Éternel Geek

Les tendances pour 2020

http://vivageek.com/data/images/com/2020.jpg

 

Le futur ne naît malheureusement pas dans une boule de cristal, comme l'aimeraient penser les adeptes des étoiles, horoscope et autres fantaisies de l'esprit.

 

Vous l'avez compris, je suis cartésien et surtout logique dans mon approche de tous ce qui constitue l'être humain. Cependant, je n'exclure pas qu'une infime partie de notre être est emplie d'une énergie qui peut interagir avec notre évolution.

 

Cette énergie peut au grès de nos décisions devenir Yin ou Yang, soit bonne soit mauvaise. Elle va envelopper l'être de son aura et l'amener à aller plus loin encore dans ses décisions. Je ne prétends pas mythifier le bouddhisme, non, simplement des études scientifiques n'ont démontré que notre corps rayonné d'énergie sous forme de chaleur et hormones suivant les situations.

 

Il est alors somme toute logique de dire que l'on est influencé par ces énergies et qu'elles-mêmes sont influencées par notre moi profond résultante de notre passé.

 

Cette introduction vise à mettre dans le panier de l'évolution des tendances l'équation mathématique de l'être humain. Son énergie a été déterminante pour créer ce que l'on va avoir comme tendances, en 2020.

 

Le futur, on aime à savoir ce qui va nous arriver, on voudrait contrôler le temps. Cette question est une des plus fondamentales de toutes celles quelle est la base de notre civilisation.

 

On sait aujourd'hui que les étoiles n'ont pas nécessairement la solution, mais l'étude sociologique, politique, psychologique, économique neurobiologique, etc.., apporte des possibilités d'entrevoir notre futur.

 

Commençons par le début, vous avez lu mon livre sur le web5.0, alors vous savez que la partie technologique va prendre une place première dans notre civilisation.

 

Tout va être centralisé autour de ce qu'elle va apporter comme confort aux humains. Il est important que l'on soit simple geek, média porteur, sociétés numériques, … de se tenir au courant et extrapoler sur les besoins qu'auront les clients.

 

Je me suis penché sur des raisonnements divers ainsi que sur les taux de recherche google, hypothèse scientifique (billets,…) afin de donner une structure aux phénomènes qui bouleverseront 2020.

 

Un réseau affinitaire

 

Rappelez-vous? J'en avais parlé. L'humain s'est détaché des valeurs fondamentales classique société, famille, amis, … pour se diriger vers une nouvelle société numérique.

Tout est numérique, tout n'est qu'informatique, on a des amis sur Facebook, twitter, on travaille avec l'informatique, on contacte sa famille avec l'informatique, on trahit grâce à l'informatique.

 

La société qui s'était dans un premier temps fragmentée, séparée de son cocon , s'est finalement reconstituée au travers de "l'informatique".

 

Le réseau est partout, partout et surtout omniscient. Il permet de redessiner notre société à partir des goûts de chacun. En effet, il donne le libre accès à ce que j'appellerais "la société transnumérique".

 

On élabore sa propre société au sein d'une société, sauf que celle-ci, on l'a choisi, on l'a modifié selon nos exigences et surtout en l'adaptant à nos besoins. Elle évolue et également s'améliore pour nous plaire encore plus et nous fondre en son sein.

 

Le numérique absorbera notre société actuelle et transcendera nos consciences en l'état numérique.

« C’est bien parce que la société se fragmente qu’on recherche à ressouder les liens sociaux. Se regrouper est un besoin anthropologique qui s’est modifié. Aujourd’hui, au lieu d’aimer son prochain, on aime son lointain. On se regroupe toujours, mais avec des gens à distance, en fonction de sa communauté numérique, de sa diaspora. »François Jos

 

2020 l'ère de l'impatience

 

Le numérique a une particularité, il répond aussi vite que la question elle-même. Cette qualité n'est pas humaine, mais lui permet d'améliorer son travail. Cependant, à travailler plus vite, on ne voit plus le temps passer qui nous est volé par la technologie.

 

L'ère du sandwich voilà le nom que pourrait porter notre société actuelle. On mange sur le fil, à la va-vite, on grignote.

 

Qui a le temps de manger correctement de nos jours ?

 

Ce qui pose problème, c'est que physiquement, nous ne sommes pas préparés pour ce futur-là. Essayer d'envoyer des hommes dans l'espace sans préparation, sans adaptation et surtout sans un entraînement au préalable, la résultante sera dramatique.

 

La technologie nous pousse dans nos derniers retranchements alors que nous ne pouvons suivrons son évolution, cela cause d'énormes dégâts avec apparition de nouvelles maladies comme le Burn out.

 

Ce qui est bon pour la société n'est pas nécessairement bon pour l'homme.

 

La remise en cause de la citoyenneté

 

Nous arrivons au bout de la politique, ces changements et surtout son non-renouvellement sont en discussion permanente.

 

À qui faire confiance ? Voter, mais pour qui ? On a voté à droite, à gauche et vice versa, pour le compte, on est au même point, sinon pire.

 

On remet en question non seulement le pouvoir en place et ses décisions mais celui qui prétend les résoudre. La société a perdu confiance au média qui supporte pour la plupart les élites du gouvernement. On sait que les médias sont détenus par 10 milliardaires dont certains ont des affiliations avec des partis politiques et des stars du showbiz.

 

Ainsi, des médias d'un genre nouveau trouvent de la crédibilité aux yeux de la société comme Internet.

 

Crédibilités : 58% pour la radio qui arrive en tête, 55% pour la presse, 50% pour la télévision et 37% pour Internet.

 

Le jeunisme perd du terrain

 

On vit de plus en plus longtemps, merci à la médecine moderne et ses bienfaits. Cependant, cette propension à rallonger la vie a entraîné un vieillissement de la population. Cela crée un papy-boom, mais surtout déstabilise le foyer.

 

On se retrouve avec des enfants qui restent plus longtemps au foyer familial mais aussi des parents qui doivent s'occuper plus longtemps de leurs parents.

 

Le marché des Seniors est à prendre au sérieux. Par exemple, dans le milieu médical, nous avons des créations d'emplois importants surtout sur la prise de soins apportés aux personnes âgées seules à domicile.

 

À tous les niveaux, des créations d'emplois sont permises : Aide à domicile, Aide-soignant à domicile, Infirmier, ergothérapeute,…

 

En 2020, plus d’un quart de la population aura plus de 60 ans et un tiers en 2050, contre 24% aujourd’hui selon la projection de l’INSEE.

« Le regard de la société au sens large a aussi changé sur la vieillesse. On n’est plus sur le culte du jeunisme, l’important est aujourd’hui de se demander comment vivre mieux en prenant de l’âge. Vivre bien pour un senior et être entouré, vivre bien financièrement parlant, le lien intergénérationnel et une bonne santé. » Frédérique Aribaud

 

On pense que dans le futur avec les avancées médicales et technologiques, on serait capable de vivre jusqu'à 140ans en bonne santé.

 

 

La course à la technologie est au-delà des besoins du consommateur

 

 

Le but de l'innovation technologique est avant tout d'apporter un produit avec une fonction d'utilité aux consommateurs. Pourtant, on remarque que les produits et services n'amènent plus cette fonction. Le consommateur n'est plus au centre des processus d'innovation, au contraire il les subit. On anticipe ses besoins, on crée même ses besoins, on crée la consommation de demain.

 

L’IPhone 6 a battu un nouveau record de précommandes avec près de 4 millions de précommandes en 24h. Pourtant, 68% des Français estiment qu’on leur propose des produits trop sophistiqués qui ne correspondent pas vraiment à leur besoin (source: IFOP).

 

Les consommateurs ne comprennent pas pour la plupart cette technologie qu'on leur propose en incessante innovation. Pourtant, les appareils qui sont produits sont achetés constamment au profit de toutes statistiques.

 

La révolution numérique a un impact également sociale et économique comme le souligne l'économiste Marc Giget: « On ferme des librairies à cause d’Amazon, la numérisation oblige à fermer des usines qui deviennent des friches industrielles. Dans une logique de rationalisation extrême, la destruction d’emplois est prompte et violente alors que, parallèlement, la création de nouveaux emplois est moins rapide que prévu ».

 

C'est plus qu'un simple constat, c'est un fait. La numérisation est à l'origine d'une nouvelle ère virtuelle au profit de la mort de certaines victimes au passage.

 

Demandez vous combien de vidéo-club ont fermé autour de chez vous ? S'il en reste encore d'ouvert ?

 

La recherche de valeurs dans ce processus de transformation technologique est discordante. D'un côté, elle permet à l'instar de scanner, perfectionner de diagnostiquer certaines maladies, et, pourtant, le prix de l'appareil est calculé mais pas le prix du bénéfice humain.

 

Pourtant, le bénéficiaire devrait être au cours de tout, le client est roi.

 

La montée en puissance du «Coworking »

Wikipedia, « regroupe deux notions : un espace de travail partagé, mais aussi un réseau de travailleurs encourageant l'échange et l'ouverture ».

 

La dématérialisation du travail a créé ce phénomène de partage. Internet et ses nombreuses communautés ont contribué à former ce courant.

 

On peut parler de véritable culture où la diligence de chacun est de partager un lieu, un travail, un projet,…

 

Cela a touché toutes les couches, j'en parlais dans un de mes articles avec la fête des voisins, le rapprochement des talents.

 

Au XXe siècle, on était le siècle de la possession et de la surproduction qui entraîne la surconsommation. On pense que le futur sera plus modéré, le consommateur va partager ses ressources plutôt que de les gaspiller inutilement.

 

Est-ce la fin du capitalisme ? Je ne pourrai le dire, car en arrière-plan, il y aura toujours de grandes instances économiques pour tirer les ficelles.

 

Ce courant a créé sa propre économie dite "collaborative", selon Wikipédia : " L’économie collaborative est une activité humaine qui vise à produire de la valeur en commun et qui repose sur de nouvelles formes d'organisation du travail. Elle s'appuie sur une organisation plus horizontale que verticale1, la mutualisation des biens, des espaces et des outils (l'usage plutôt que la possession), l'organisation des citoyens en. "réseau" ou en communautés et généralement l'intermédiation par des plates-formes Internet (à l'exception de modèles comme les réseaux d'échanges réciproques de savoir).

 

La possession perd sa valeur au détriment de sa fonction première. L'échange de savoirs entre particuliers mais aussi et surtout le pair à pair est les bases fondamentales de cette économie d'un genre nouveau.

 

"3 internautes sur 10 ont déjà loué un logement à un particulier et cette tendance devrait continuer de progresser" : (source : Observatoire du e-tourisme 2014, Next Content)

 

l’hypercommunion et développement de l’émotion sociale

 

On comprend dès lors, que l'avancée technologique va bouleverser tous les standards de notre civilisation, de même que ses fondements politiques, économiques, les médias ou encore l'émotion.

 

C'est cela l'hypercommunion le partage d'une émotion par des milliers voire des millions de personnes au même moment grâce à l'instrumentalisation de la technologie.

 

Le flux permet de mettre en relation ces mêmes personnes autour d'un débat de partage sur la même information.

 

Le mobile est foncièrement l'appareil de l'avenir. Google l'a compris en réclamant aux différents sites web d'être compatible avec les divers mobiles.

 

Tout le monde est connecté et surtout désire rester connecté le plus longtemps possible, et peu importe l'endroit ou la situation.

On le voit avec la mode des selfies. Cela donne lieu à l’événementialisation du quotidien. Les réseaux sociaux sont des lieux propices à la pérennisation de cette tendance.

 

Avec 35,6 millions de tweets émis pendant la rencontre Brésil-Allemagne de la dernière Coupe du monde de football, la demi-finale est désormais l'événement sportif le plus commenté dans l’histoire du réseau social. (Source : l’opinion.fr).

 

Lors de l'attentat Charlie, les scoops étaient fournis par de simples spectateurs qui avaient filmé avec leur mobile la scène.

 

Le taux d'équipement individuel en smartphone devrait passer de 57% en 2014 à 75% en 2018, selon NPA Conseil, tandis que le taux d'équipement foyer en tablette passerait de 39% à 65%. L'ordinateur restera très présent en 2018, équipant 86% des foyers, et l'écran TV devrait conserver une couverture de 98% des foyers.

 

Conclusion

 

Pour 2020, on va dépasser notre statut d'humain pour surfer au travers de la révolution numérique et devenir une société dans la société.

 

Nous allons former une société de partage de données, mais aussi de ressource continuellement renouvelée par la population Internet. La surveillance que va entraîner cette connexion permanente sera monnayée par une élite.

 

Là sur sécurisation sera une résultante de la numérisation excessive, en quelque sorte le prix à payer pour rester connecté en permanence.

 

La 3D qui se perfectionne avec la virtualisation et se attrait suivie de près par la possibilité de communiquer grâce à des composants sous-cutanés ou mieux à l'aide de pensé peut amener notre population à partager un lien au travers du réseau. Ce lien pourrait être le moteur de la pensée du XXIIe siècle.

 

Merci de m'avoir lu, à bientôt.






 Geek me     Je suis un Geek dans l'âme. 18 ans à silloner internet pour récolter des informations afin de comprendre son fonctionnement. Idéalement j'étudie également le comportement humain.

C'est afin de vous partager mes connaissances que j'ai ouvert ce blog alors je vous souhaite une bonne lecture.



À lire également


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Quelle est la deuxième lettre du mot gheplm ? :