Blog d'un Éternel Geek

Quand la théorie quantique s'empare de la psychologie

http://vivageek.com/data/images/psy/quabtiquepsy.jpg

 

La psychologie humaine n'est pas qu'une affaire mécanique, psychique, émotionnelle,… mais aussi de quantique aujourd'hui.

 

Loin de ses théories sur le trou noir, sur le trou de ver,… la physique quantique s'est intéressée à la psychologie du comportement humain.

 

Il est certain que la probabilité gère l'intégralité des concepts quantiques. Depuis des décennies, les courants déterministes ont voulu contrer le probabilisme quantique. Pourtant, on avait omis le facteur humain et tous ce qui nous distingue comme, par exemple, cette conscience qui dépend de nombreux facteurs externes et internes et qui pousse l'individu à commettre des actes irrationnels par excellence.

 

Nous sommes les produits d'un univers quantique.

 

Qu'est-ce que la philosophie quantique ?

 

Le 14 décembre 1900, Planck devant toute la Société Allemande de physique propose une formule simple en parfait accord avec les expériences sur le spectre du rayonnement du corps noir.

 

Planck avait d’abord obtenu son résultat à partir d’arguments empiriques, mais s’était aperçu que l'on pouvait déduire le point central de son argumentation à partir de la thermodynamique statistique en faisant l’hypothèse curieuse que des oscillateurs mécaniques chargés de fréquence ν, ne pouvaient émettre ou absorber de l’énergie lumineuse que par quantités discrètes(des «quanta» d’énergie Nhν).

 

Planck comprit que le quantum d’action h, est une constante fondamentale :

 

h environ égal à 6,6261 10−34Js

 

Effectivement, les probabilités et les hypothèses furent introduites dans une science exacte. Même Einstein s'est largement inspiré de la physique quantique pour élaborer ses hypothèses sur la vitesse de la lumière ou concept de quantum de rayonnement.

 

La mécanique quantique est la branche de la physique qui a pour but d'étudier et de décrire les phénomènes fondamentaux à l'œuvre dans les systèmes physiques, plus particulièrement à l'échelle atomique et subatomique.

 

Quand la quantique aborde la psychologie

 

http://vivageek.com/data/images/psy/quantiquepsy2.jpg

 

Une nouvelle tendance a été mise en œuvre qui tendrait à vouloir expliquer la psychologie humaine par  la physique quantique. Large paradoxe sachant que la psychologie fut depuis longtemps refluée par les physiciens au rang d'aléatoire et de non confirmable par la logique. Et pourtant, la quantique est ce qu'il lui fallait puisqu'elle cherche là où la physique traditionaliste se bute avec ses convictions jugé archaïques.

 

Zheng Joyce Wang, professeur adjoint à l'École de Communication et directrice de la communication et de psychophysiologie (PAC) Lab. :

"Une nouvelle direction est l'utilisation de données réelles de temps (par exemple, les mesures psychophysiologiques, la vie réelle expérience échantillonnage) en conjonction avec des modèles dynamiques formelles pour étudier comment les gens traitent l'information et comment ils sont affectés par ces informations. Cela a conduit à l'élaboration de nouveaux modèles dynamiques de traitement de l'information et les comportements de choix dans un environnement médiatisé. Mon objectif actuel est les effets réciproques entre dynamiques utilisation Médias / choix et leurs impacts sur l'émotion et de la cognition au fil du temps. Je l'ai utilisé l'approche pour étudier les médias de divertissement, des annonces et le traitement des messages de la campagne de la santé, les effets de contexte du programme, la sélection de nouvelles, l'utilisation quotidienne des médias, etc. Ils aident conception des messages plus efficaces et les programmes d'information. En outre, ils peuvent aider à mieux comprendre les dynamiques influences réciproques à long terme entre l'utilisation des médias, les communications, les fonctions cognitives et neuro-substrats, et des traits personnels dans une perspective dynamique, développement."

 

L’erreur de conjonction expliquée par la théorie quantique

 

"Une autre nouvelle direction est d'étudier les influences contextuelles sur le jugement et la prise en construisant de nouveaux systèmes probabilistes et dynamiques basés sur quantique plutôt que les principes traditionnels de probabilité classiques. La théorie des probabilités Quantum se révèle être très approprié pour expliquer les puzzles associés à la nature hautement contextuelle de choix et de jugement. Je l'ai appliqué les modèles dynamiques quantiques pour étudier les conclusions paradoxales sur les interactions interpersonnelles (par exemple, les effets d'interférence catégorisation-décision), les effets d'ordre de mesure (par exemple, les effets de l'ordre des questions d'attitude), et les effets de mémoire épisodiques. Cette ligne de travail a été soutenu par la Fondation nationale des sciences (2009-2013) et la Force aérienne Bureau de la recherche scientifique (2012-2015)."

 

Donc, elle mettrait en avant que le comportement humain aurait plus de points communs avec la physique quantique que les sciences mathématiques, physiques, … qui essaient de rationaliser notre individu à une simple équation.

 

Wang n'est pas la seule à maintenir ces théories et elle a été rejointe par un groupe d'amis (Bruza, et Jerome R. Busemeyer) avec lesquelles elle a publié des papiers dans les revues de THEDOCC mais également dans le Trends.

 

Si vous lisez l'intégralité des billets (en anglais bien entendu), vous verrez qu'ils défendent leur nouvelle approche de la psychologie permettraient à l'être humain de pouvoir se confronter à des décisions compliquées juste en utilisant la théorie quantique comme référence dans leur vie.

 

Pour cela, la psychologie serait dépourvue de champ assez vaste pour permettre de réussir là où la physique quantique peut amener des solutions.

 

Des limites dans la psychologie, aucune dans le quantique

 

L'humain est irrationnel et dire qu'ils se cantonnent dans une simple équation mathématique serait dénigré l'effort des psychologues durant ces 30 dernières années.

 

Il faut comprendre que la psychologie va étendre le comportement dans des secteurs comme le cognitif, le psychisme, les émotions, …

 

Nous sommes un assemblage complexe de mécanique, physique mais aussi d'une part que l'on ne contrôle pas qui est indéfinissable et qui ne peut être calculable puisqu'elle dépend de chaque individu et de sa volonté propre.

 

Qui n'a pas déjà fait un acte irréfléchi dans sa vie ?

 

On peut juste en changer l'ordre des questions d'une étude sur un panel d'individus, modifier les réponses qui en résultent. Difficile alors de quantifier mathématiquement une étude qui devient caduque du fait de son incohérence avec deux résultats différents pour une même variable (le groupe d'individus).

 

Comment pourrait on dire que la variable A (groupe) = 50 (réponses vrais) si A (groupe) = 25 (Réponses vrais) seulement en changeant l'ordre des réponses. C'est scientifiquement impossible.

 

C'est là où la quantique entre en jeu. Wang et ses collaborateurs ont expliqué lors d'un article sur le Proceedings of the National Academy of Sciences que cela pouvait être prédit par la théorie quantique.

 

"Nous pensons à la physique quantique comme le comportement des particules subatomiques et non le comportement des gens. Mais l’idée n’est pas si farfelue "selon Wang.

 

Définir l'être humain et éclaircir certains points obscurs que tentent depuis de nombreuses années la psychologie par la théorie quantique semble un projet ambitieux. Pourtant, comme je l'ai dit au début de l'article la théorie quantique s'applique au sub atome, à ceux qui ne sont pas visibles à l'œil nu par l'humain et quoi de plus invisible que les facettes cachées du comportement humain.

 

Certaines divergent au sein des groupes quantiques, car si des théoriciens pensent qu'une affectation du cerveau est indispensable au bon déroulement de l'étude, Wang pense le contraire.

 

Pour ma part, je trouve un peu limite à soustraire la variable cerveau de leurs théories, car il est indéniable que son influence physique est prouvée depuis longtemps sur nos actions et plusieurs de mes articles fondés sur mes formations médicales ont pu prouver le contraire.

 

Le Chat de Schrödinger

 

http://vivageek.com/data/images/psy/quantiquepsy1.jpg

 

Le chat de Schrödinger est une expérience de pensée imaginée en 1935 par le physicien Erwin Schrödinger, afin de mettre en évidence des lacunes supposées de l'interprétation de Copenhague de la physique quantique, et particulièrement mettre en évidence le problème de la mesure.

 

L'humain serait dans cet état de paradoxe en permanence et vivrait selon la quantique dans deux états. Ces décisions résultent de ces états et vont interagir sur le comportement. Nos décisions seraient prises alors même que notre état de conscience n'en a pas encore eu l'information, tout comme le chat qui est entre la vie et la mort enfermé dans cette boîte, car la décision appartient à d'infinis atomes radioactifs. Si l'un meurt l'autre aussi.

 

Nos vies seraient également liées à d'infinis atomes, nous sommes des êtres vivant dans un paradoxe.

 

Elle se traduit par l'état d'ambiguïté dans lequel nous nous trouvons face à une situation ou une décision.

 

Nous pensons tout contrôler et, pourtant la quantique nous prouve le contraire. Trop de facteurs sont hors de notre champ d'action, ce qui crée nos comportements aléatoires. La probabilité a essayé et même réussi à quantifier certaines de nos décisions mais d'autres pourtant semblent leur échapper.

 

Dans les sciences sociales et comportementales, nous utilisons beaucoup de modèles de probabilité selon Wang.

 

Nous n'utilisons pas l'intégralité de notre cerveau, nous ne pouvons tout stocker comme un ordinateur.

 

Par conséquent, l'incertitude qui règne dans nos esprits est une superposition quantique de notre esprit et  nos décisions,  à l'instar du chat, nous vivons entre deux mondes, nous vivons des instants similaires à chaque instant.

 

La cognition quantique résout les modèles psychologiques

 

L'hypothèse que le raisonnement humain obéit aux lois de la quantique plutôt que la probabilité classique n'a été utilisée au cours des dernières années pour expliquer une variété de jugement apparemment «irrationnelle» et les conclusions de prise de décision.

 

Notre esprit possède plusieurs couches qui gèrent nos décisions indépendamment les unes des autres, mais qui vont conclure comme un accord tacite à une solution, une réponse. Notre esprit vit en superposition.

 

Choisir la meilleure réponse est notre quotidien en tant qu'êtres humains. Continuellement, on nous pose des questions et nous devons réfléchir à la solution la plus appropriée suivant divers facteurs intrinsèques à notre conscience cognitive.

N'avez-vous pas été confronté à une décision qui dépendait de facteurs dont vous ne contrôliez pas le tenant, mais saviez l'aboutissement. Dans ces cas-là, vous devez prendre des décisions à l'aveugle.

 

Conclusion

 

Déstabilisant pour la logique mathématique, l'intuition n'en fait pas partie et la psychologie a du mal à admettre une influence qui n'aurait pas vertus à être autre chose que psychique.

 

D'ailleurs, beaucoup de courant psychologique se contredit sur l'objectif de prise de décision. Si certaines aboutissent à trouver une solution, d'autres malheureusement ne mènent à rien.

 

Wang et ses collègues estiment qu’on peut expliquer de nombreux aspects complexes du comportement avec seulement quelques axiomes.

 

Effectivement, ils ont découverts plusieurs explications dans des domaines encore trop controversé par la psychologie. C'est une avancé majeure dans la communication et surtout la compréhension de l'être humain et son comportement.

 

Je pense que nous y reviendrons, car il me semble important de couvrir les théories de notre siècle sur l'individu.

 

J'espère que cette introduction dans ce qui est la psychologie quantique vous aura plu.

Merci de m'avoir lu, à bientôt.

Source : http://cdp.sagepub.com/content/24/3/163 , http://www.pnas.org/content/111/26/9431 , http://www.cell.com/trends , https://fr.wikipedia.org, http://www.gredeg.cnrs.fr/






 Geek me     Je suis un Geek dans l'âme. 18 ans à silloner internet pour récolter des informations afin de comprendre son fonctionnement. Idéalement j'étudie également le comportement humain.

C'est afin de vous partager mes connaissances que j'ai ouvert ce blog alors je vous souhaite une bonne lecture.



À lire également


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Quelle est la quatrième lettre du mot zxyfue ? :