Blog d'un Éternel Geek

Du web2.0 au web5.0, il n'y a qu'un pas

http://vivageek.com/data/images/info/web54.jpg

 

Depuis un long moment, j'articule beaucoup de mes articles autour du terme web2.0. Cependant, on est déjà passé sur le web3.0 et pour ne pas vous effrayer on parle déjà du web4.0 et du web5.0.

 

Le web2.0 est en fait la relation des hommes et des femmes au travers du vaste réseau internet. On peut le définir comme le flux RSS, Facebook, Twitter,…

 

La communication web2.0 a permis ce rapprochement entre les internautes, on l'a même de ce fait, qualifié de web social. En effet, les auditeurs web sont des acteurs actifs des sites web et comme je l'ai déjà expliqué dans certains de mes articles, il faut utiliser cette force à notre avantage.

 

Son expansion a été favorisée notamment grâce à l'innovation technologique qui a vu l'arrivée des Smartphones et autres I-phones capable de se connecter à internet à n'importe quel moment de la journée.

J'étudie depuis de nombreuses années ces tendances web. Elles sont difficile à discerner ces dernier temps du fait qu'elles s'entrelacent les unes, les autres.

J'ai durant ce livre fait un point capital sur ce qui est et sur ce qui sera le devenir d'internet. Pour cela, j'ai puisé dans de nombreuses ressources web et sur le témoignage de personnes influentes du net.

 

http://vivageek.com/data/images/info/ebookweb3.png

 

 

Chapitre I : Introduction

La fin d'un règne qui a marqué son temps

 

http://vivageek.com/data/images/info/web5.jpg
 

Créé en 2004 à San Francisco par Tim O'Reilley le terme Web2.0 est devenu une référence rapidement dans le milieu d'internet.

 

Mais voilà, il a évolué et c'est doté de l'intelligence de millions d'internautes, il s'est adapté pour devenir plus exigeant en matière de qualité, de sécurité,… Aujourd'hui, les ressources et les moyens permettent d'évoluer dans le Web4.0 et prépare le 5.0 de demain.

 

Comme toute tendance, on est obligé de passer par des stades et le web2.0 est une expérience qui a marqué de son empreinte Internet pour longtemps.

Il a perdu cette part de complexité hérité du web1.0 pour un contenu plus vaste et plus diversifié.

 

Le web2.0 a encensé les réseaux sociaux et flux RSS à l'aide d'outil comme Feedburner https://feedburner.google.com.

 

VivaGeek d'ailleurs utilise cet optimiseur de flux : http://feeds.feedburner.com/vivageek/KGHD

 

Très simple d'accès, il suffit de vous inscrire avec votre Gmail, placer l'URL de votre page web, cliquer sur Ok puis activer et vous aurez ensuite le loisir d'optimiser via le panel de Feedburner, votre flux RSS.

 

Le petit truc en plus est qu'il permet un peu comme google Analytics de visionner vos statistiques RSS.

Le web2.0 a été une véritable plate-forme d'échanges et de savoir entre les internautes. Cela a été permis par le réseau qui s'est déplacé avec nous, a suivi nos moindre fait et gestes en se miniaturisant, en devenant le compagnon idéal.

 

Qui n'a pas déjà surfé de son portable, qui n'a pas liké de son travail.

 

Le web2.0 s'est simplifié et s'est rendu accessible pour le commun des mortels. Avant cela, le web1.0 avait cette fâcheuse tendance à n'être compris que par les informaticiens.

 

Au fur et à mesure, internet est devenu un peu plus hétéroclite s'adaptant peu à peu au niveau des internautes.

 

Beaucoup de services sociaux ont résisté à l'appel du gain et sont restés gratuits avec cependant des modèles économiques fondés sur la publicité.

 

On retrouve de la publicité partout et aujourd'hui certains sites ou plate-forme sociale sont de véritable panneau publicitaire ambulant.

Le responsable est la croissance des prix des zones de stockage et de consommation de bande passante. Le court n'a cessé d'augmenter en partie dû aux innombrables créations web. Internet a beau être vaste, il n'est pas infini et garder des réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter ouvert demande continuellement des extensions de stockage.

 

Ces efforts de développement et d'achalanding coûte cher et je me demande pour combien de temps encore ils offriront leur service gratuitement.

 

Il y a un vaste écart malgré tout entre l'utilisateur de ses services et l'acteur du web2.0.

 

En effet, si ses services (Youtube, Instagram,…) sont très populaires auprès de millions de personnes à travers le monde, à contrario peu participent à son développement comme, par exemple, en postant des vidéos intéressantes.

 

L'écart est significatif d'un manque de connaissances et de volonté de se séparer du web2.0. Si l'internaute aime se balader et visualiser des images, vidéos,… peu sont capables techniquement ou simplement, on l'envie d'en produire eux-mêmes.

 

Le web2.0 a également vu émerger sa propre monnaie virtuelle : le Bitcoin https://fr.wikipedia.org/wiki/Bitcoin

D'autres, on suivit, mais elle reste largement en tête, étant sollicitée par les Grecs qui lors de leur crise monétaire ont placé leur argent justement dans les bitcoins.

 

Une bourse est en cours de création afin de valider plus concrètement leur monnaie et lui redonner une crédibilité.

 

On parle alors de Société 2.0 ce qui a été la base de la mise en place du web3.0.

 

 

Chapitre II : Le web3.0 est déjà en place depuis 2010

 

 

Je vous ai fait part lors de mon article sur Google, une légende change de look pour entrer pleinement dans l'ère du numérique que le réseau était considéré depuis ces derniers temps comme l'internet des objets ou l'internet des choses.

On a évolué et maîtrisé l'univers physique grâce aux innovations. On a pu voir par exemple qu'une montre pouvait allumer ou éteindre un ordinateur, on peut aussi de nos jours interagir avec nos éléments basiques d'intérieur de maison grâce à des applications web.

Un simple coup de fil et l'on éteint la lumière par Wi fi. C'est cela l'Internet des objets, le réseau devient acteur de notre vie réelle.

 

 

II.1 Le web3.0 n'est pas encore totalement reconnu

 

 

Chacun y va de sa propre définition. Je ne prétends pas être une sommité en la matière, mais je possède plus de 20ans derrière un PC, et plus de 12 ans sur Internet activement (nombreux sites, action sur différents forums,…).

De ce fait, j'ai vu les courants se faire, se mobiliser pour atteindre de plus en plus un niveau jamais égalé, arrivé à toucher nos vies alors qu'au départ tout n'était que virtuelle.

Pour ma part, le Web3.0 est l'ère de la simplicité, de l'harmonie entre l'homme et la machine, d'une complicité qui dépasse le monde virtuel et qui amène l'homme à transcender son état de simple homo sapien pour devenir l'homme du futur.

Elle a comme particularité d'être connecté à une BDD  MYSQL, SQL,… (POO), elle est libre, interconnectée aux autres et accessible tout le temps sur tous les formats présents de nos siècles.

Elle est volontaire et veut avant tout servir l'homme pour qu'il comprenne son état de machine. Je sais que cela peut vous paraître assez philosophique mais ne me dite pas que vous n'avez jamais eu besoin plus de votre machine qu'elle de vous ?

 

 

II.2 C'est vital, le Web3.0 est vital

 

 

Il est partout, tentaculaire et souhaite donner des informations de qualité et filtrer le mauvais pour créer des données propres et précises.

 

Le Web3.0 est intelligent et réfléchit, il ne cherche plus à emmagasiner des données (DATA) mais plutôt à les analyser et en soustraire l'essentiel, l'essence pure.

 

Le web3.0 est hiérarchisé, méthodique pour n'apporter que des solutions rapides et conceptuelles.

 

Il nous apporte les loisirs au travers des jeux vidéo ludiques, des jeux 3D, du streaming…

 

Le web3.0 est un Internet sémantique qui étudie les mots, qui se veut un langage, un moyen de communication moderne.

 

 

II.3 Un Web3.0 qui suit les recommandations de W3C

 

 

Dès que l'on parle de richesse, nos yeux font tilt, mais c'est le cas, le web3.0 à petit à petit monter son cocon grâce à des langages comme le RFD/RFDS/OWL.

 

Les Métadonnées forment la clé de voûte du web sémantique.

 

L'ensemble des technologies qui permettent la diffusion de ce type d'information.

 

Standards

 

RDF (Ressource Description Framework) est un format ouvert permettant de décrire les métadonnées

 

RDFS (Schema) est un ensemble de termes qui va décrire les métadonnées

 

OWL (Ontology Web Language) est un langage permettant de créer des ensembles structurés de termes et de concept

 

SPARQL est un langage de requête permettant de créer un ensemble de structures de termes et de concepts

 

 

 Chapitre III : L'internet des widgets

 

 

Le web3.0 est apparut avec un arsenal de gadget ou widgets qui ont façonnées la cyber société en place.

 

Par exemple avec FeedWind http://feed.mikle.com/ qui est un widget de RSS.

 

Il ajoute du contenu dynamique à pratiquement tout site Web. Ajouter multiples flux RSS de vos sites Web préférés, actualités, des vidéos Youtube et les médias sociaux utilisent ensuite les filtres à se concentrer sur vos sujets et les mots-clés préférés. Il est gratuit et rapide à mettre en place avec seulement trois étapes simples!

 

De nombreux autres sont apparues comme Wolfmalpha http://www.wolframalpha.com/widgets/ , Twingly http://www.twingly.com/help/widget et même google https://developers.google.com/google-apps/sites/gadgets/site_gadgets.

 

On retrouve un point commun à toutes ces plate-formes qui est la simplicité. Le web3.0 a compris qu'il fallait encore faciliter la prise en main de ces outils internet. La population internet n'est pas que constitué d'informaticiens et il faut compenser pour se mettre au niveau de tout le monde.

 

Rappeler- vous juste avant avec Feedburner http://feeds.feedburner.com/vivageek/KGHD

 

On peut également si l'on souhaite télécharger notre flux rss en pdf avec des plateformes en ligne comme rss2pdf http://www.rss2pdf.org/.

 

 

III.1 L'internet des Mashups

 

 

Le web3.0 a introduit ce que l'on appelle les Mashups.

 

Un Mashup - "mixage" en français - désigne une application Web qui combine du contenu en provenance de différents sites. Cette application permet ainsi de créer un service nouveau grâce à l'apport des contenus de sites tiers. Ce nouveau service peut éventuellement être à son tour enrichi de contenus générés par les utilisateurs. Il est l'héritage encore présent du Web2.0.Le mashup participe intimement au succès du Web 2.0 car il permet au producteur d'un contenu de le proposer à la communauté des développeurs qui pourront à loisir le formater et le valoriser sous une autre forme. Le mashup constitue donc une forme d'externalisation qui repose sur l'intelligence collective des internautes et des développeurs.

 

L'élaboration d'un mashup repose sur une ou plusieurs API (Application Program Interface), c'est-à-dire une interface de programmation ouverte et librement accessible mise à disposition par l'éditeur d'un site Web. L'API permet ainsi à deux programmes informatiques de communiquer entre eux grâce à des standards communs. Un développeur informatique utilise cette interface comme une clef d'accès pour récupérer du contenu et interroger des bases de données distantes.

 

Quelques exemples :

 

http://vivageek.com/data/images/info/dismoiou.jpg

 

DisMoiOù
http://dismoiou.fr/
DisMoiOù est bien plus qu’un annuaire. Site communautaire par excellence, DisMoiOù vous permet de trouver les bonnes adresses proposées et commentées par les utilisateurs du site.

 

http://vivageek.com/data/images/info/nomao.jpg

 

 

Nomao
http://fr.nomao.com
Nomao est service qui permet simplement de partager un événement ou un lieu sur une carte géographique. L'outil est idéal pour faire connaître à vos proches ou à la communauté vos lieux préférés.

 

 

Les 20 meilleurs mashups français

 


Les 20 meilleurs mashups français par renalid

 

III.2 Tout en ligne pour tout le monde

 

Le tout en ligne a fait un bond avec le web3.0. On trouve de tout sur le Cloud. Vous voulez convertir des vidéos faciles voici par exemple apowersoft ou encore le très connu onlineconvert.http://www.online-convert.com/frhttp://www.apowersoft.fr/convertisseur-video-en-ligne

Vous amusez avec des formules mathématiques ? Sciweavers vous permettra en ligne de vous prendre pour un héros des maths. http://www.sciweavers.org/free-online-latex-equation-editor

Vous voulez connaitre le page rank de votre site ? http://www.pagerank.fr

Vous voulez savoir si vous êtes populaire sur Facebook ? http://likealyzer.com/

Des plateformes en ligne, il y en a pour presque tout.

Internet est devenu un vrai Bazar en ligne.

Les sites aussi ont eu leur changement et il n'est guère plus besoin d'être concepteur web pour mettre en place une page web. On trouve de jolies CMS qui en quelques clics seulement font tout le boulot à votre place sans fatigue.

Fini les nuits à se creuser les neurones, Wordpress va vous changer la vie, car il est vraiment d'une facilité enfantine et c'est un peu l'objet de sa popularité.

En quelques années, il est devenu le numéro un des CMS les plus utilisées. On veut mettre un thème, on clique directement de son panel et c'est fait. Pratiquement, tout est configurable par clic et pour peu que l'on soit encore des difficultés, la communauté Wordpress peut vous aider et tout cela gratuitement.

Les informations contenues dans le site et d'autres informations relatives au site peuvent interagir et passer directement, par le biais de plates-formes tierces.

Les utilisateurs ont leurs propres données sur l'Internet, et peuvent être utilisés sur des sites différents. Les données sociales grâce aux widgets suivent son auteur partout.

La libre circulation de l'information a été bien reçue pourtant, il est source de souci à cause du piratage.

 

 

Chapitre IV : On passe du web de l'information au web de l'image et de la vidéo

 

 

http://vivageek.com/data/images/info/web53.jpg

 

 

Le monde du virtuel avec Minecraft et bien d'autres moteurs permettant de générer du contenu 3D évolutif.

 

Tout passé par l'image et la vidéo, on utilise leur pouvoir de communication afin de se démarquer auprès des internautes. On parle d'effets spéciaux, de vidéos en backgrounds, d'effets CSS…

 

L'utilisateur est actif dans la consommation en restant connecté et peu importe le moment de la journée, il guette les nouveautés.

 

Il est friand de ces petits trucs en plus qui vont égailler sa journée et vont s'empresser de le partager via ses réseaux sociaux préférés.

 

Le Web3.0 a connu des vagues de piratage sans précédent. Il s'est voulu abordable et, de ce fait, il a commis une erreur d'oublier de protéger les internautes.

 

Avec la sécurité renforcée est arrivé le SSL qui a donné naissance au HTTPS. Ce qui devait être un plus pour la sécurité a rencontré des problèmes avec la vague de pirate informatique qui eux aussi sont friands de nouveautés.

 

L'anonymat est devenu monnaie courante et pas un site n'a pas traité ce sujet cette dernière décennie. La possibilité de retrouver vos traces par le biais justement de plate-forme en ligne a terrifié une partie de la population Internet.

Des sites comme spock.com, yasni.com,… ont permis ce que l'on appelle le traçage d'individus sur Internet. Ainsi, il est facile de trouver le nom d'une personne, son courriel, son adresse physique, son numéro de téléphone,…

 

La paranoïa qui s'est emparée de ce sujet a été et est encore d'actualité avec des faits marquants de piratage mettant en exerbe des BDD qui suite à cela ont été démembrées et analysées pour de futurs chantages.

Internet n'est plus un lieu sûr, on ne doit plus seulement craindre les gouvernements qui nous épient mais aussi les malfaiteurs.

 

Le big Brother français http://www.liberation.fr/debats/2015/04/13/loi-renseignement-non-au-big-brother-francais_1238574 qui a été voté est encore un palier vers l'atteinte de nos droits en tant que citoyens internet. On va se retrouver dans un réseau où tout le monde surveille tout le monde, le paradis sur terre !

 

 

Chapitre V : Vers un web4.0

 

 

http://vivageek.com/data/images/info/web51.jpg
 
 

Facilement, l'utilisateur peut interagir directement avec l'information et décaler les informations pertinentes à travers des sites Web et d'autres non-sites, par le biais de transporteurs tiers. Par exemple, les informations de l'utilisateur peuvent être échangées entre un site et un réfrigérateur, et peuvent également interagir avec lit, literie, et ainsi de suite.

Les utilisateurs sur tout support possèdent ses propres données, et peuvent être utilisés sur différents supports.

Tout cela a amené rapidement à provoquer un courant pour le web4.0.

On court vers le devenir du web à pas-de-géant.

Web symbiotique ou web « intelligent.

On le disait prévu pour 2020-2030, je pense qu'il est effectif depuis 2015.

À mon avis, le web4.0 est celui de la matière qui entre en fusion avec l'homme et la technologie. La technologie outrepasse ses fonctions virtuelles et entre dans notre espace physique comme un objet à part entière.

Pour le coup, on a rendu tout cliquable.

On veut que l'utilisateur puisse atteindre tout ce qu'ils désirent sans attente juste en cliquant.

L'ère des objets qu'était le web3.0 était trop virtuelle,  l'humain a besoin de toucher de voir ce web. Par conséquent, on a des ingénieurs et des chercheurs qui préparent ce lendemain du web.

Ils créent des technologies qui dépassent le numérique avec l'impression 3D. Ils permettent à la technologie d'être plus intelligente et plus autonome, on parle d'intelligence artificielle.

Une véritable connexion s'est produite entre l'OS source de tous dans la vie des utilisateurs et le cloud. Windows 10 avec Cortana et bien d'autres ont montré le web4.0 de demain.

 

L'environnement technologique s'adapte à l'humain, ils évoluent ensemble et sont tous deux connectés à Internet. Des chercheurs intègrent la technologie à l'être humain, tout comme Stelarc qui a fait pousser une oreille sur son avant-bras connecté en Wi fi au cloud.

Il devient dépassé car obsolète, tout va trop vite et la technologie vient même à dépasser l'homme qui un jour voit une imprimante 3D crée des médicaments et l'autre jour des prothèses.

 

 

Les représentants d'Internet ont compris que cet inter dépendance déjà de mise au web4.0 (mobile, montre Wi-Fi...) devenait un enjeu de consommation.

 

Il pousse l'utilisateur à rester le plus longtemps possible connecté et surtout à rester actif sur le réseau. Pour cela, il a besoin qu'internet ne fasse qu'un avec l'internaute (montre, lunette 3D, casque Wi-Fi,…).

 

Chacun y va de son atout et de ces techniques pour amener l'utilisateur à venir cliquer, acheté,...

https://fr.wikipedia.org/wiki/RDF_Schema

Exit le web2.0 avec flash trop gourmand et surtout son utilisation détournée qui ne s'adapte pas aux nouveaux standards du web.

Certains ne pensent pas que l'on est dans le Web3.0, je vous le dis moi si depuis 2010 on patauge dedans. C'est difficile de devoir l'admettre et pourtant.

Tout s'y prête et google donne la cadence en rejetant tout ce qui faisait le web2.0 alors pourquoi le nier ?

 

Facebook et son initiative avec des conseils pour la rentrée n'est-elle pas une preuve suffisante de l'interaction que le web2.0 prend sur nos vies. Plus d'un milliard consomme du Facebook chaque jour, il est plus d'une plate-forme sociale, il est un monde dans le monde.

 

Le web4.0 est cette extension qui va donner les moyens aux technologies virtuelles d'aller plus loin et d'outrepasser ces lois physiques.

 

Ne sommes-nous pas entrés dans une vision plus futuriste du web ?  Il débarque dans notre monde et il ne reste plus seulement derrière un vaste algorithme numérique, il devient un prolongement de l'humanité.

 

L'école a éduqué nos grands-parents, la télévision a éduqué nos parents et c'est au tour d'Internet d'éduquer maintenant nos enfants.

 

 

Chapitre VI : Un avenir pour les sites Web

 

http://vivageek.com/data/images/info/web52.jpg

 

 

Je ne peux pas répondre à cette question. Malheureusement, je n'ai pas une vision aussi loin que dans 20 ou 30 années. L'évolution technologique et les variables qui la composent sont trop importantes. Avant les années 1990, on pouvait définir un standard sur au moins 5 ans, mais, en 2015, c'est tous les jours que cela change.

 

Par contre, je peux émettre des hypothèses à partir d'informations recueillies par les plus grands penseurs du web de notre décennie pour vous fournir ce que sera le cloud du Futur.

 

 

VI.1 Un accès internet gratuit pour tous

 

 

Tel est le rêve de tous les internautes depuis sa création. Pourtant, jusqu'à présent, les sociétés font tout pour que cela n'arrive pas, elles auraient trop à perdre. Imaginez un réseau libre pour tous, gratuit, où l'on pourrait aussi bien qu'une grosse firme évoluée ce serait idéaliste et anti économiques.

De ce fait, les gouvernements et les sociétés continuent à mettre des bâtons dans les roues pour que cela n'arrive jamais.

Tim Berners Lee Est inquiet, car au contraire Internet devient de plus en plus épié, contrôlé par les hautes instances. Si l'on ne peut plus vivre virtuellement libre que restera-t-il aux geeks.

http://www.cnet.com/news/tim-berners-lee-on-its-25th-anniversary-the-web-still-needs-work-q-a/

 

 

http://vivageek.com/data/images/info/web55.jpg

 

 

VI.2 Internet comme un droit humain

De même, dans son discours de TED, une histoire de 30 ans de l'avenir, Nicholas Negroponte parle de la réussite du projet One Laptop Per Child. Il lui a appris que nous devons traiter l'accès à internet comme un droit humain et s'assurer que toutes les personnes, peu importe où ils vivent et quelle est leur économie, peuvent apprendre et d'enseigner eux-mêmes à l'aide de cet outil génial.

 

VI.3 Neutralité du net

Dans un autre TED talk, avocat de neutralité du net Marvin Ammori défend la nécessité de garder l'internet "comme un unifié, neutre et sans réseau." Le débat sur la neutralité du net a mène depuis des années, mais il est venu à une tête au cours de l'année écoulée, depuis la décision de la Cour de Circuit de janvier 2014 DC que la FCC n'avait pas le pouvoir de faire respecter la neutralité du net.

 

 

VI.4 Monétisation de contenu

 

 

Le contenu est roi ! Au cours des dernières années, comme contenu renaît dans la conscience de l'entreprise, la prochaine étape logique est devenue la monétisation de contenu de toutes les manières d'utiliser les bannières publicitaires pour pay-per-click (PPC) pour recharge littéralement les utilisateurs pour afficher le contenu. L'astuce de nombreuses organisations luttent maintenant avec est comment monétiser le contenu sans répercussions négatives sur l'expérience utilisateur.

 

 

Chapitre VII : Le Web4.0 en 2015 ?

 

 

Aujourd’hui le web 4.0 est dévoilé. Nova Spivack, patron de Radar Networks désigne le web 4.0 par le WebOS.

 

Il définit le Web 4.0 comme étant « la possibilité de travailler avec des outils uniquement en ligne ».

 

Une autre définition vient de Joël de Rosnay, conseiller du président de la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette, qui le qualifie comme synonyme du « cloud computing » ou informatique en nuages.

 

Le web4.0 est déjà actif dans certaines parties du Cloud mais n'a pas encore atteint son plein potentiel. Je pense qu'il a du mal car l'humain a peur d'interagir physiquement avec une machine. Et puis soyons tout à fait honnête lorsque l'on parle de scanner rétinien, on pense au futur alors que c'est déjà possible.

 

L'être humain n'a pas encore pris conscience qu'il est dans ce futur et que le web4.0 permet de réaliser des prouesses incroyables.

 

On a déjà du mal à admettre le web3.0 alors prétendre que l'on va décrier sur tout les toits que le 4.0 est arrivé est difficile.

 

Pourtant, on y est entré. Et l'effort de la technologie à vouloir sortir de son état numérique et virtuelle, nous fait entrevoir les portes du Web5.0

 

 

VII.1 Le Symbionet ou le Web5.0

 

 

A vouloir trop se rapprocher de la machine comme dans le web4.0 on devient la machine.

https://www.youtube.com/embed/oIixUDub1CM

"Le Mariage de l'informatique et le la biologie."

 

La quintessence du cloud ou comment l'homme deviendra Internet. L'homme et la machine ne feront plus qu'un et seront connectés en permanence à Internet.

Les voitures actuelles possèdent de plus en plus de connexions Internet, les maisons modernes qui verront le jour seront connectées en Wi fi, nous serons connectés également à ce monde.

Il n'y aura plus de monde virtuel, ce concept sera erroné. On entrera dans un monde physique manipulé par des puces électroniques. La miniaturisation des composants et des appareils technologiques permettra de concevoir ce web5.0.

On mettra dans le corps des humains des composants qui le transformeront en réceptacle d'Internet. Il sera en nous, coulera dans nos veines, écoutera nos pensées intimes, exécutera le moindre de nos désirs.

L'homme doit s'améliorer et son avenir est l'homme-machine.

Cela paraît incroyable et, pourtant, on parle d'avancée biologique dans les secteurs du vieillissement. On pourrait dans le futur vivre jusqu'à 140ans. Alors l'idée même de s'intégrer de la technologie peut paraître loufoque aujourd'hui, mais sera pour la génération du 22e siècle une sorte de banalité.

Le web4.0 est celui du cliquable, de la réalité augmentée, mais voila dans un environnement intelligent qui sort de son aspect virtuel comment pourrons nous cliquer. Seule une symbiose avec cette même technologie permettra à l'homme de bosser dans l'Internet de demain.

 

 

Chapitre VIII : Conclusion

 

 

Nous avons pu voir que l'avancée technologique est rapide et pousse dans son sillage le web ainsi que toutes ses composantes. Son véritable but a toujours été de permettre l'accès libre à tous dans la simplicité.

Le web1.0 trop professionnelle a laissé sa place au web2.0moins compliquée. Mais le web3.0 a fait son apparition boostée par l'essor des réseaux sociaux et des métadonnées. On pensait qu'il resterait pour longtemps, mais avec l'avènement du cliquable le web4.0 s'est vite imposé comme une référence dans le cloud.

Comment ne pas résister à son aspect modulable, transportable. Google s'en est enquis et a exigé une mise à jour de la plupart des plates-formes et sites web pour être prêt à entrer dans le web4.0 (mobile Friendly).

La vitesse de la technologie semble ne pas vouloir s'arrêter et a mis les premiers coups de pelle au web4.0 pour laisser passer le web5.0.

Cette fois-ci c'est un autre niveau plus important et surtout un tournant dans l'histoire de l'informatique puisque la biologie entre dans le jeu de la course au web.

Cet avenir pourrait être visible aux alentours de 2020/2030. Je me pose la question de quel avenir pour les geeks. Certes, l'expérience sera imposante, mais déjà notre génération a eu autant de bouleversements que l'on n'a même pas eu le temps de s'adapter à ce que l'on a déjà actuellement.

Quels prix aura cette avenir ?

Intégré la machine à l'homme demande une opération chirurgicale, du matériel High Tech, et une maintenance médico informatique. Cela va engendrer de nouveaux métiers dans le milieu médical mais surtout un problème financier pour les personnes dépendantes de la technologie dans leur travail.

Et le piratage ?

Quand on sait que les voitures sont piratées, les panneaux de parc à voitures,… Seront, nous aussi, piraté et manipulé comme de vulgaires pantins ?

On peut prévoir des vagues de piratages mentaux ou physiques. Imaginez pouvoir obliger une personne à faire ce que vous lui dites sous prétexte que vous avez la possibilité d'agir sur des composants internes à son squelette.

Surtout combien feront ce pas vers une transfiguration de l'être humain en composites connectés à Internet.

 

Seule l'avenir nous le dira ?

 

 

Source

 

Le journale du net

GeoinWeb

Tumbleblog

Du web2.0 au web3.0 Amazon

Uxbooth

agence-csv.com

Wikipédia

 

J'ai utilisé diverses source afin d'étayer le plus possible ce livre qui je l'espère vous aura apporté un grand nombre de réponses.

 

 

Index

 

Web : appelée le World Wide Web est un système hypertexte utilisant le protocole http (hypertext transfer protocol), permettant de visiter des pages sur le réseau Internet. On dit aussi la Toile.

 

Mashup : Document composite, dont les éléments proviennent de différentes sources.

 

Cloud : Processus consistant à utiliser des serveurs informatiques distants au travers des réseaux Internet.

 

Cloud Computing : Le cloud computing est un système informatique qui consiste à utiliser des serveurs à distance pour permettre à des utilisateurs de stocker des données, de les partager, ou d'accéder à des logiciels.

 

Pay Per Click : Permet aux annonceurs de faire une offre de placement dans les résultats des moteurs de recherche qui sont pertinents pour leur activité. Les annonceurs paient le montant de leur offre uniquement quand un consommateur clique sur leur listing. Egalement appelé recherche sponsorisée.

http://www.adconion.com/fr/service/glossaire.html?letter=P

 

One Laptop Per Child : (« un portable par enfant ») est une association à but non lucratif établie en 2005 dans le Delaware aux États-Unis qui a pour but de promouvoir « l'ordinateur portable à 100 dollars » XO développé au départ par des membres du corps enseignant du Media Lab, un département du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

 

 

Merci de m'avoir lu, vous pouvez avoir le PDF complet : PDF

 

N'hésitez pas à partagez sur vos réseaux ou vous abonnez pour recevoir des PDF inédits et rester au courant des news.






 Geek me     Je suis un Geek dans l'âme. 18 ans à silloner internet pour récolter des informations afin de comprendre son fonctionnement. Idéalement j'étudie également le comportement humain.

C'est afin de vous partager mes connaissances que j'ai ouvert ce blog alors je vous souhaite une bonne lecture.



À lire également


Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Quelle est la première lettre du mot wyuulp ? :